Meilleures cliniques de Traitement de l'Alcoolisme en Turquie

Traitement de la dépendance à l'alcool à Istanbul en Turquie : Avis et conseils

L’alcoolisme est un trouble qui peut toucher tout le monde sans exception. Si vous êtes ici c’est que vous l’avez surement connu, ou bien vous connaissez une personne qui en souffre. Vous cherchez une issue de secours pour vous ou pour un proche ? Vous êtes sur la bonne voie ! Soyez rassuré, nous n’allons pas vous juger ou vous donner des leçons mais seulement vous guider. Nous vous donnerons des conseils afin que votre sevrage à Istanbul se passe dans les meilleures conditions.
Cependant, avant de combattre un ennemi il faut bien faire sa connaissance.

Qu’est-ce que l’alcoolisme ?

On appelle « personne alcoolique » toute personne manifestant un besoin intense et répétitif de consommer des boissons alcoolisées. L’alcoolisme ou « éthylisme » est donc une dépendance à l’alcool. Cette dépendance se manifeste par :

  1. Une tolérance à l’alcool chez l’individu en question.
  2. Apparition du syndrome de sevrage en cas de privation d’alcool.
  3. Le consommateur dépendant consacre beaucoup de temps et d’argent à l’achat et la consommation de l’alcool.

L’alcoolodépendance ne survient pas subitement, il faut plusieurs années pour qu’un individu et son entourage s’aperçoivent du problème.

Si vous pensez que vous ou l’un de vos proches souffre d’alcoolisme, n’hésitez à nous demander des conseils. Avec l’aide des meilleurs docteurs spécialisés en toxicomanie à Istanbul vous allez enfin pouvoir vous sevrer de l’alcool.

Quelles sont les causes de l'alcoolisme ?

L'alcoolodépendance est principalement due à un trouble neurobiologique au niveau des récepteurs de la dopamine (la molécule du plaisir). Cette molécule est le principal neurotransmetteur dans « le circuit de la récompense » du cerveau. Si, chaque fois qu'une personne consomme de l’alcool, elle se sent bien, cela l'incite généralement à en boire davantage.

Il existe également d’autres facteurs de risque, on peut les citer comme suit :

  • Les maladies psychiques : comme la schizophrénie, la dépression ou l’anxiété.
  • Facteurs sociaux : comme la pauvreté, l'isolation et la timidité.

Quels sont les profils à risque ?

L’alcoolodépendance varie selon le sexe du sujet, son âge, son patrimoine génétique ainsi que son milieu culturel d'origine. À titre d’exemple :

  • Les femmes et les adolescents plus susceptibles que d’autres de devenir alcooliques.
  • Les personnes issues de parents ayant des problèmes d’alcoolisme ont 50 à 60 % plus de chance de devenir alcoolodépendante.
  • Les personnes issues d’un milieu pauvre ont une consommation de boissons alcoolisées supérieure à celles issues d’un milieu plus favorisé.
  • Les personnes qui souffrent de troubles psychiatriques semblent être plus vulnérables à l’alcool.

Quelles sont les conséquences de l’alcoolisme ?

Abuser des boissons alcoolisées à long terme favorise l’apparition de plusieurs maladies pouvant parfois entrainer la mort, telles que :

Les cancers

L’alcoolodépendance augmente les risques de cancers quel que soit le type d'alcool consommé. Ces cancers peuvent toucher les voies aérodigestives supérieures, le foie, le côlon et le rectum.

Les maladies du foie et du pancréas

L'éthanol, principal composant des boissons alcoolisées, est une toxine destructive pour le foie. Il est souvent à l’origine de cirrhose, une maladie chronique et incurable qui entraine très souvent la mort.

L’alcool n’endommage pas uniquement le foie. En effet, dans la majorité des cas de pancréatite observés, la principale cause est la consommation abusive de l’alcool.

Les maladies cérébrales et les troubles psychiques

L’alcoolodépendance peut causer des troubles de mémoire pouvant mener au syndrome de Korsakov, une maladie qui détruit irréversiblement la mémoire. 

Elle est également responsable de troubles psychiques telles que l’anxiété,  la dépression, l'insomnie et peut même conduire au suicide. 

Les troubles cardiovasculaires

Les personnes alcooliques sont plus susceptibles d’avoir de l'hypertension et de souffrir d’accidents vasculaires cérébraux. À noter également que boire une grande quantité d’alcool d’un seul coup peut entraîner des troubles du rythme cardiaque. Ces derniers peuvent, par conséquent, augmenter le risque de mort subite.

Comment peut-on aider une personne alcoolique ?

Il est difficile d’aider une personne à arrêter l’alcool contre son gré. C’est pour cette raison qu’il faut s’y prendre avec délicatesse et beaucoup d’empathie.

Il faut également comprendre pourquoi cette personne boit-elle ? Est-ce pour se réconforter ? A-t-elle des problèmes qu’elle essaie de noyer dans l’alcool ? Est-elle mal entourée ?

Évidemment, vous ne pouvez pas répondre à ces questions tout seul. Tout ce que vous pouvez faire c’est de ne pas la juger ou la culpabiliser. Car si vous le faites votre proche va vous résister et va consommer encore plus de boissons alcoolisées. C’est pour cela qu’il est important de demander l’avis d’un docteur spécialiste dans en traitement de la toxicomanie. N’hésitez donc pas à faire appel à un médecin spécialisé en psychothérapie pour répondre à toutes vos questions.

Turquie Santé vous met en relation avec les meilleures cliniques de traitement d’alcoolisme et les meilleurs spécialistes dans le domaine.

Cependant, c’est au patient de manifester son envie de guérir et de soumettre sa demande de prise en charge médicale. Il est également possible qu’une cure de désintoxication soit imposée au concerné dans les deux cas suivants :

  • Une condamnation pénale avec obligation de prise en charge médical ;
  • Être placé sous tutelle.

Durée et étapes du Traitement de la dépendance à l'alcool en Turquie

Le traitement de la dépendance à l’alcool passe par plusieurs phases :

La phase du diagnostic

Cette étape a pour but de déterminer le degré de la dépendance du patient et ses effets sur sa santé. Elle regroupe plusieurs procédures telles que :

  • L’examen cytobactériologique des urine ;
  • Le dépistage du VHB, VHC et du VIH ;
  • Un bilan sanguin FNS  (formule numérique sanguine) ;
  • Une analyse biochimique sanguine ;
  • L'électrocardiogramme(ECG) ;
  • Une série de procédures (Endocrinologie, Uronéphrologie, Pneumologie, Gastro-entérologie) ;
  • Test psychologique.

D’autres examens peuvent être programmés si l’état de santé du patient le nécessite.

La phase du sevrage

C’est l’étape durant laquelle le patient s’abstient de consommer toute substance alcoolique. Elle a pour but d’éliminer la toxine de l’éthanol du corps du patient tout en surmontant le syndrome du sevrage.

L’étape dure dix jours, et elle est accompagnée par une prise de médicaments et de compléments alimentaires. Ces derniers ont pour objectif de permettre aux organes affectés (cerveau, foie et reins) de se rétablir.

La phase de la psychostabilisation

C’est la phase pendant laquelle le psychiatre aide le patient à se détacher psychiquement de l’alcool. En effet, le patient commencera à aimer son état de sobriété grâce à plusieurs procédures, telles que :

Les techniques de stimulus aversifs

Cette thérapie associe le sentiment agréable que procure l’alcool à un sentiment désagréable. Cela permet de développer, au niveau subconscient du patient, un sentiment de dégoût envers l’alcool.

La thérapie N.E.T.

Une procédure qui permet de stabiliser les hormones déséquilibrées à cause de l’alcool.

La procédure Transair

Ce traitement a pour but de normaliser les fonctions du cerveau et réduire les troubles psychiques causés par l’alcool.

La psychothérapie

Cette étape inclut plusieurs techniques. Cependant, elle repose principalement sur des entretiens entre le psychothérapeute et le patient afin d’évaluer le comportement de ce dernier.

Comment éviter la rechute après mon traitement de l'alcoolisme ?

Pendant une année, on administre au patient un médicament qui provoque une réaction désagréable en cas de consommation d’alcool. Ce médicament est présent sous forme d’implant, d’injections ou de comprimés.

La postcure est essentielle pour le traitement de la dépendance à l"alcool. En effet, le patient et sa famille doivent garder le contact avec l’hôpital et le médecin traitant pendant un an. Il faut également changer ses habitudes quotidiennes, se faire examiner régulièrement et respecter les doses de médicament prescrites

Pourquoi choisir un centre de traitement de la dépendance à l'alcool en Turquie ?

Turquie santé vous accompagnera dans votre choix de clinique de traitement la dépendance à l'alcool. Nos cliniques vous garantissent :

Le respect de votre intimité et votre vie privée

Vous serez aussi autonome que vous l’étiez chez vous. Vous n’aurez pas l’impression d’être surveillé ou emprisonné, et votre séjour sera confortable.

Le respect de votre secret médical

Aucune information ne sera divulguée contre votre gré. Vous pouvez même effectuer toutes les démarches médicales de façon anonyme sans même devoir communiquer votre nom.

Aucun frais supplémentaire ne vous sera facturé

Nos services ne sont pas payants pour les patients. Vous ne payez qu’une fois sur place avec le moyen de paiement que vous choisirez.

Taux de réussite élevée

Grâce aux médecins expérimentés et au respect des normes internationales dans nos cliniques, ces dernières jouissent d’un taux de réussite important. Vous pouvez donc être sûre d’avoir une prise en charge médicale de qualité.

Respect des normes internationales

Les taux de réussite, la performance des médecins et l’hygiène de nos hôpitaux et cliniques leur ont valu l’accréditation Américaine JCI.

Des interprètes à votre disposition

Si vous ne parlez pas turc ce n’est pas grave ! Des interprètes formés en  psychothérapie seront présents pour vous permettre de communiquer aisément avec le médecin qui vous prendra en charge.

Combien coûte une cure de désintoxication à l’alcool à Istanbul ?

Le prix d’un séjour de cure de désintoxication dans un hôpital à Istanbul en Turquie diffère d’une clinique à une autre. Bien évidemment, le coût dépend de la durée de la prise en charge et des soins médicaux employés.

Turquie Santé peut vous aider à avoir une estimation de prix et vous pouvez économiser jusqu’à 25% de votre budget.

Contactez-nous maintenant pour obtenir un devis gratuit pour un séjour de traitement de la dépendance à l’alcool à Istanbul en Turquie.

Partager cette page

Questions fréquentes

Afin de prévenir les rechutes, voici nos conseils :

  • Inscrivez-vous à une thérapie de groupe ;
  • Évitez le surmenage ;
  • Trouvez des alternatives à l'alcool, une nouvelle occupation par exemple ;
  • Ne buvez pas pendant les fêtes, même pas un verre, l'alcool restera toujours plus puissant que vous.

Oui ! Comme chez les alcooliques anonymes, les patients dans les centres de sevrage alcoolique en Turquie peuvent garder l'anonymat. Aucune information ne sera partagée contre leur gré.

Il n'existe pas de durée fixe pour tous les patients. Chaque patient reçoit un traitement personnalisé et propre à sa situation. Par ce fait, la durée du traitement est variable.

Meilleures Cliniques & Avis vérifiés

NP BRAIN prix pas cher Traitement de l'Alcoolisme 0
NP BRAIN
Istanbul, Turquie
Prix Garanti Direct Prix Directs Garantis


Certifications:
Commission mixte internationale
Organisation internationale de normalisation

telegram fbmessenger viber whatsapp